« Le Moi(s) sans tabac »

« Fumer c’est mauvais pour la santé. »

On le dit souvent mais une partie importante de la population continue d’avoir cette mauvaise habitude. On vous l’a trop reproché ? C’est le moment pour vous de montrer à vos proches que vous êtes capables de relever un défi : celui d’arrêter de fumer !

L’opération « Moi(s) sans tabac » vise à se passer de tabac pendant tout le mois de novembre. Seul, il est difficile d’arrêter de fumer. C’est pourquoi nous devons nous soutenir les uns des autres pour y arriver !

 

Elle s’est inspirée d’une campagne anglaise similaire qui a connu un grand succès, et a été motivée pour plusieurs raisons :

  • 73 000 décès liés au tabac en 2013
  • 8 millions de fumeurs souhaitent arrêter mais n’y arrivent pas
  • saviez-vous qu’arrêter 1 mois, c’est 5 fois plus de chance d’arrêter de fumer ?

 

Le « Moi(s) sans tabac » commencera le 1er novembre 2016. Il est bien loin des campagnes habituelles, choquantes et moralisatrices. Il s’agit d’une opération ludique et surtout collaborative. C’est un défi national que peuvent se lancer tous les fumeurs.

 

Pour cette opération, les organisateurs ont mis un maximum de moyens en place :

  • un site spécial pour toutes les personnes qui souhaitent y participer, l’opération compte déjà plus de 80 000 personnes inscrites. Ensemble, soyons plus forts !
  • des opérations sur l’ensemble du territoire pour aider et supporter ceux qui se seront lancés dans l’aventure.
  • un kit d’aide à l’arrêt, disponible en ligne ou à retirer gratuitement à votre pharmacie, avec un calendrier pour noter votre progression et des conseils pour chaque jour du mois.
  • une application pour vous aider dans votre tentative d’arrêt.
  • une refonte de Tabac Info Service, service d’aide et d’accompagnement à l’arrêt du tabac.

 

Si vous êtes intéressés par ce challenge ou souhaitez soutenir un de vos proches, vous n’avez plus qu’à vous rendre sur http://mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr/ pour vous enregistrer et obtenir le kit !

 

« Le tabac, c’est tabou, on en viendra tous à bout ! »

Journée mondiale de l’urticaire, mais qu’est-ce que c’est ?

L’urticaire constitue l’une des dermatoses les plus fréquentes puisque 15 à 20% de la population a eu ou aura au moins une fois dans sa vie de l’urticaire, malgré cela, cette pathologie reste méconnue aujourd’hui.

 

Qu’est-ce que l’urticaire ?

 

L’urticaire se caractérise par l’apparition de plaques rouges qui démangent énormément, et qui disparaissent généralement sous 48 heures. Il peut aussi y avoir des gonflements des mains, pieds, lèvres et paupières.

Il y a deux formes d’urticaire : l’aiguë et la chronique. L’aiguë est une crise isolée qui se résout rapidement avec un déclencheur identifié (très souvent allergique), tandis que la forme chronique entraîne des crises régulières qui reviennent par poussées pendant plus de 6 semaines.

 

 

Causes de l’urticaire

 

L’urticaire est un symptôme aux causes très variables. Il peut être d’origine allergique (le plus souvent alimentaire, mais aussi médicamenteuse, ou par allergie aux venins d’insectes) mais il peut aussi survenir lors d’un grand moment de stress.

Isoler le facteur déclenchant lors d’une urticaire aiguë est généralement simple. La grande complexité est plutôt de trouver la cause pour une forme chronique : les deux tiers sont sans cause identifiable, et très rarement d’origine allergique.

 

Prise en charge de l’urticaire

 

Il faut en premier lieu trouver et identifier les facteurs déclenchants s’il y en a, et les écarter. Pour cela, pensez à effectuer des tests cutanés chez un allergologue, ils permettront de déterminer s’il existe ou non une allergie aux produits suspectés.

Si le stress est une cause majeure, des exercices de relaxation ou des anxiolytiques peuvent être utilisés. De plus, l’accompagnement est très important, que ce soit par un médecin, une association, ou un suivi psychologique. Cela permet de mieux connaître sa pathologie et d’adapter son rythme de vie.

 

Traitement

 

Le seul traitement totalement efficace contre l’apparition des crises d’urticaire est l’antihistaminique. Il bloque une molécule, l’histamine, qui est responsable des démangeaisons. C’est un traitement pour l’urticaire chronique à prendre tous les jours.

 

https://lasante.net/nos-medicaments/nez-et-oreilles/rhinite-allergique/actifed-allergie-cetirizine-10-mg-x-7.html

https://lasante.net/nos-medicaments/nez-et-oreilles/rhinite-allergique/alairgix-10-mg-x-7.html

https://lasante.net/nos-medicaments/nez-et-oreilles/rhinite-allergique/cetirizine-biogaran-10-mg-x-7.html

https://lasante.net/nos-medicaments/nez-et-oreilles/rhinite-allergique/zyrtecset-10-mg-x-7.html

https://lasante.net/nos-medicaments/nez-et-oreilles/rhinite-allergique/drill-allergie-cetirizine-10-mg-x-7.html

https://lasante.net/nos-medicaments/nez-et-oreilles/rhinite-allergique/humex-allergie-cetirizine-10-mg-x-7.html

 

Vous pouvez cependant vous tourner vers l’homéopathie afin de réduire le temps des crises et leur intensité. Nous vous conseillons de prendre deux granules d’Urtica urens 5CH , d’Apis melifica 5CH et d’Histaminum 5CH toutes les 10 minutes dès le début de la crise, puis d’espacer les prises en fonction de l’amélioration. L’homéopathie a le gros avantage de pouvoir être utilisée chez l’enfant sans problème.

https://lasante.net/nos-medicaments/boiron-tube-granules-urtica-urens-5ch.html

https://lasante.net/nos-medicaments/boiron-tube-granules-apis-mellifica-5ch.html

https://lasante.net/nos-medicaments/boiron-tube-granules-histaminum-5ch.html

 

Gratter est la pire des choses à faire, malheureusement il est souvent difficile de s’en empêcher. Des crèmes anti-démangeaisons peuvent aider à limiter ce phénomène. Mais attention les crèmes ne sont pas traitantes, elles n’empêchent pas la survenue des crises.

 

https://lasante.net/nos-medicaments/medicaments-premiers-soins/piqures-d-insectes/eurax-10-creme-40-g.html

https://lasante.net/espace-para/parapharmacie-hygiene/parapharmacie-premiers-soins/dapis-gel.html

 

Notez qu’il est préférable d’éviter les crèmes contenant un corticoïde, efficaces mais pas pour tout le monde et avec un assez fort risque d’effets secondaires.