« Mieux vivre sans gluten. »

En ce mois de mai 2017, nous nous associons à la marque Dr. Schär, pionnier de l’alimentation sans gluten, pour lancer « le mois sans gluten ».

Nous allons en profiter pour vous présenter ensemble ce qu’est le gluten, quels sont les soucis qu’il peut entraîner, les différents symptômes, et comment faire pour lutter contre. Ensemble nous allons vous apprendre à « mieux vivre sans gluten ».

 

1. Le gluten c’est quoi ?

Le gluten est une protéine que l’on retrouve dans le blé, l’orge, l’épeautre, le seigle, ainsi que d’anciennes variétés de blés comme le kamut. Cette protéine est très pratique puisqu’elle apporte de la tenue, de l’élasticité et du moelleux à tout ce qui est fait à partir des farines de ces céréales. De fait, c’est une substance que l’on retrouve dans énormément de produits manufacturés.

 

2. Les maladies du gluten

Le souci avec le gluten, c’est qu’il est peu ou mal toléré par un certain nombre de personnes. Cela peut être seulement une sensibilité qui est peu grave, voir une véritable intolérance qui peut engendrer des risques vitaux. On parle de « maladie cœliaque » pour les véritables intolérants au gluten, et d’une « sensibilité au gluten non cœliaque » pour ceux qui réagissent au gluten sans avoir vraiment la maladie (forme généralement moins grave).

Le nombre de personnes touchées en France est assez élevé, au moins 600 000 personnes. Et on estime que jusqu’à 2% de la population le serait, comme une écrasante majorité des cas passe inaperçue.

Lorsqu’on ne supporte pas le gluten, ce dernier engendre des dommages sur la paroi des intestins. Cela se traduit le plus souvent par des gaz, flatulences, éructations, douleurs abdominales, diarrhée ou constipation. Que des symptômes digestifs non spécifiques et très courants, qui peuvent juste laisser penser que quelque chose « passe mal ». D’où le fait que l’on peut passer à côté de beaucoup de cas.

Il faut savoir que plus tôt l’intolérance ou la maladie est diagnostiquée et mieux c’est, car à force de consommer du gluten que l’on ne tolère pas, cela peut assez grandement endommager les intestins. Si pour certains il s’agit juste d’un inconfort digestif plus ou moins permanent, cela peut pour d’autres entraîner des carences graves en nutriments. Et ces carences peuvent être responsables ou faciliter des maladies parfois graves, comme des douleurs articulaires, dépression, diabète, maladies de peau, ostéoporose, ou encore troubles thyroïdiens.

Pour ce qui est des personnes plus sensibles, les femmes sont environ deux fois plus atteintes, avec des risques augmentés d’ostéoporose, et potentiellement un impact sur la fertilité et la grossesse. Mais aussi les enfants, chez qui les carences engendrées peuvent provoquer un retard de croissance général.

 

3. Diagnostic et traitement

De plus en plus de médecins devraient, face à des troubles digestifs réguliers, penser à faire rechercher un trouble lié au gluten. Le diagnostic se fait à l’aide d’une prise de sang et d’une endoscopie (pour aller observer les parois intestinales), ainsi que par un prélèvement pour analyser cette paroi. Autre chose qui peut inciter à faire un diagnostic, l’intolérance au gluten a un caractère génétique. Donc si quelqu’un dans votre famille est atteint, il est possible que d’autres le soient, à des degrés de sensibilité variés.

Le traitement est à l’heure actuelle simple et à la fois complexe. Il repose sur une unique mesure qui peut sembler à certains très compliqué : l’arrêt du gluten… à vie !

En effet ce n’est pas un cas où il faut juste « arrêter un temps pour que ça aille mieux ». Dès que vous reprendrez du gluten, les symptômes reviendront.

 

4. Le régime sans gluten

Cela peut paraître insurmontable tant le gluten est presque partout, mais c’est aujourd’hui beaucoup plus simple qu’il y a quelques années.

Le premier réflexe à avoir est de bien lire la composition d’un produit. Les allergènes étant maintenant identifiés de manière visible, il est simple de repérer la présence de blé/gluten dans la composition d’un produit. Le « sans gluten » étant même devenu pour certain un argument de promotion au même titre que les autres « sans… » (sucre ajouté, colorants, conservateurs…), la mention « sans gluten » apparaît le plus souvent de manière très visible. Il y a même maintenant un logo spécifique pour les produits sans gluten, le logo « épi barré ». Ce logo est décerné à un produit par l’AFDIAG, l’Association Française Des Intolérants Au Gluten.

Sinon pensez aussi à tout ce qui est naturellement sans gluten et apprenez à faire de nouveau la cuisine par vous-même. En effet, ce sont surtout les produits manufacturés qui sont susceptibles de contenir du gluten, de par son caractère liant ou de la prédominance du blé et du pain dans notre alimentation. En utilisant des produits bruts ou semi-transformés, vous saurez ce que vous mettez dans votre assiette et vous pourrez en profiter pour découvrir des céréales oubliées ou peu connues.

Et pour vous faciliter la vie un peu plus, sachez qu’on trouve de plus en plus de marques comme Dr. Scharr qui se spécialisent dans le sans gluten. Cela va même plus loin encore avec l’apparition de nouvelles gammes de produits sans gluten au sein même de marques qui fabriquent traditionnellement des produits avec gluten (comme des pâtes traditionnelles).

Pour la maison, si vous êtes la seule personne intolérante de la famille, vous n’aurez pas vraiment besoin d’ustensiles particuliers. Un grille-pain et une planche à découper dédiés et vous êtes bons. Pour le reste, il s’agit juste de bien laver le reste des ustensiles et les plans de travail pour limiter la contamination par des produits avec gluten.

 

Pour finir, certes un régime sans gluten demande de porter un peu plus d’attention à ce que vous achetez, et un peu plus d’investissement dans la cuisine, mais saisissez plutôt cette situation pour explorer un peu plus votre alimentation et découvrir des saveurs qui ne sont pas nécessairement connues et qui pourtant méritent de l’être.

N’hésitez pas à vous rendre sur des sites comme ceux de l’AFDIAG ou de Schärr pour trouver, des informations, documentations, ou recettes pour ainsi vous permettre de « mieux vivre sans gluten ».

 

L’effet des fibres alimentaires sur notre corps

fibres

 

Le nom « fibre » désigne toutes les substances d’origines végétales que notre estomac n’arrive pas à dégrader. Mais ce n’est pas parce qu’elles n’apportent rien en terme de nutriments ou qu’elles ne sont pas assimilées, qu’elles sont inutiles pour notre organisme, au contraire !

 

Les bienfaits

La principale propriété des fibres est de retenir l’eau, créant ainsi un effet de masse qui tout au long de la digestion a plusieurs effets bénéfiques : elles aident à ne plus avoir faim rapidement, et elles régulent la vitesse du transit intestinal, ce qui permet une bonne digestion de tous les aliments se trouvant dans les intestins.

Les bénéfices vont au-delà de la digestion : en assurant un transit régulier, les fibres aident à lutter aussi bien contre la constipation que contre la diarrhée. En plus de retenir l’eau, elles aident aussi à retenir d’autres nutriments qui pourraient s’avérer nocifs en trop grande quantité, comme les sucres et les graisses. Un apport régulier en fibre permettrait donc de lutter contre le diabète et le cholestérol.

 

Comment en consommer ?

On comprend facilement que les fibres ont une place de choix dans une alimentation saine et équilibrée. On estime qu’il faudrait entre 25 et 30 grammes de fibres par jour… Malheureusement, on estime qu’un français ne consommerait en moyenne que la moitié de ce qu’il devrait ! Mais où se trouvent-elles ?

 

Aliments riches en fibres

Il existe deux types de fibres :

  • Les fibres solubles, qui se dissolvent dans l’eau, créant une sorte de gel.

Ce sont elles qui surtout absorbent les graisses. On trouve surtout ces dernières dans les céréales complètes ou non raffinées (orge, riz, avoine, sarrasin), mais aussi dans les légumineuses (lentilles, haricots blancs ou rouges), les fruits secs, et quelques fruits et légumes frais.

  • Les fibres insolubles, qui ne sont pas dissoutes et qui retiennent l’eau.

Ce sont elles qui assurent la bonne régularité du transit. Le blé est une très grande source de ces fibres, mais préférez comme pour les céréales, le blé complet (comme les pâtes complètes ou le pain complet : plus il est sombre et dense, mieux c’est). Ces fibres sont également présentes dans les fruits et légumes frais et particulièrement dans leur peau (pensez tout de même à les laver).

 

Attention quand même !

Coupant l’appétit et apportant peu, le risque de dénutrition est assez élevé lorsqu’un régime ne comprend que des fibres. De plus certaines peuvent en trop grande quantité, dérégler le transit intestinal et fermenter, créant des gaz et des crampes d’estomac. Vérifiez donc que vous les tolérez bien et mangez-en dans des quantités raisonnables.

Notez également qu’il est déconseillé de manger trop de fibres chez les personnes souffrant de maladies inflammatoires du tube digestif.