Soigner sa phobie par la réalité virtuelle

Débuté en 1995 cette thérapie prend plus de plus son essor avec les nombreux progrès récents en terme de réalité virtuelle.

Le principe est simple: traiter des phobies par l’immersion dans la réalité virtuelle. Cette méthode se nomme méthode d’exposition qui appartient à la famille des thérapies cognitives et comportementales.

L’idée est de faciliter à surmonter sa phobie en affrontant virtuellement

L’idée est donc d’aider à affronter les situations redoutées

Octobre Rose

Tous les ans en France depuis 24 ans, Octobre est un mois consacré à la lutte contre le cancer du sein. Cette manifestation est nommée Octobre Rose.

 

Le cancer du sein en France en quelques chiffres :

Il s’agit du cancer le plus fréquent chez la femme. En effet, on estime que près d’une femme sur huit risque de développer un cancer mammaire. Cela représente un bon tiers des cancers diagnostiqués chez la femme. Il s’agit plutôt d’une maladie pour la femme d’un certain âge, comme 80% des cas se déclarent après 50 ans, avec un âge moyen de diagnostic de 61 ans. Il existerait une part génétique dans ce cancer, mais elle est assez faible : seulement entre 5 et 10% des cas. Il y aurait près de 54 000 nouveaux cas par an et près de 11.000 décès.

Mais ce cancer n’est pas qu’une affaire de femme. En effet, 1% des cas de cancer mammaire concerne les hommes avec un impact psychologique souvent plus important.

 

L’importance du dépistage

Toute la lutte contre le cancer mammaire se joue au niveau du dépistage. Et c’est sur ce point que l’opération Octobre Rose cherche à mobiliser. En effet, plus il est diagnostiqué tôt, meilleures sont les chances de guérison. Dépisté à temps, c’est un cancer qui se traite bien. Entre l’apprentissage de l’auto-dépistage, les dépistages organisés dès 50 ans (voire même plus tôt s’il y a des suspicions), et les prises en charge précoces qui en découlent, le taux de survie est très élevé, 87% à 5 ans et 77% à 10 ans. Ce dernier a beaucoup augmenté dernièrement et sembler continuer de progresser.

 

Octobre Rose

Octobre Rose est un évènement qui dure tout le mois. Il s’agit d’une période pendant laquelle de nombreuses manifestations au niveau local comme national sont mises en place. Des courses, des animations, des ventes caritatives et autres évènements sont prévus. La tour Eiffel s’est même mise en rose comme de nombreux bâtiments partout dans le monde.

Pour plus d’informations sur Octobre Rose, l’association Ruban Rose, ou le cancer du sein, vous pouvez aller consulter le site suivant :

http://www.cancerdusein.org/index.php

Attention aux tatouages à base de henné noir

Embed from Getty Images

Éphémère, le tatouage à l’henné noir est très en vogue sur les marchés ou la plage durant les périodes estivales. Cependant il peut potentiellement être dangereux pour votre santé.

Afin de prolonger la durée de vie du tatouage et de donner une couleur noire, certains producteurs d’encres ont rajouté du paraphénylènediamine (PPD), substance potentiellement allergisante.

La conséquence ?

Chaque été, dermatologues et allergologues signalent  des cas d’eczéma suite à un contact avec ces encres. La réaction pouvant survenir plusieurs semaines après la réalisation de tatouages éphémères pratiqués avec du henné contenant de la paraphénylènediamine (PPD).

L’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé)a déclaré que, « les cas d’eczéma rencontrés peuvent entraîner des réactions violentes, nécessitant parfois une intervention médicale urgente voire une hospitalisation ».  Ces réactions peuvent être localisées ou s’étendre sur tout le corps.

Ces cas sont souvent reportés sur des enfants ou des adolescents durant les vacances d’été. « Ces réactions peuvent également conduire à une polysensibilisation, notamment à des caoutchoucs, des colorants vestimentaires et à des teintures capillaires « .

Il est donc fortement déconseillé de se faire tatouer avec de l’henné de couleur noire. Seul le henné traditionnel, de couleur brun-orangé est sans danger pour votre peau.

Pour en savoir davantage, rendez-vous sur le site de l’ANSM : http://ansm.sante.fr/Dossiers/Securite-des-produits-cosmetiques/Tatouages-ephemeres-noirs-a-base-de-henne/(offset)/5

Dr Clément Bacle

Pharmacien passionné par la e-santé. Je suis convaincu que la santé doit désormais compter sur internet pour mieux servir les patients.

Plante médicinale : Le konjac

Aussi appelé « Langue du diable », le konjac (Amorphophallus konjac) est une plante vivace de la famille des Araceae poussant à partir d’un rhizome tubéreux. Les plus anciennes traces décrites concernant cette plante ont été retrouvées dans des manuscrits chinois datant de 2 000 ans.

1. Indications

On utilise son rhizome tubéreux, pouvant peser jusqu’à 4 kg, pour favoriser la perte de poids par effet mécanique. Le konjac va, au contact de l’eau gonfler, favorisant ainsi la satiété dans le cadre d’un régime alimentaire hypocalorique.

2. Localisation

Elle est originaire des zones tropicales et subtropicales notamment d’Asie du sud-Est, du Vietnam, d’Indonésie, de Corée ou encore du Japon.

3. Mode d’administration

Voie orale sous forme de gélule à base de poudre de rhizome. Il est à prendre avec une quantité importante d’eau pour éviter l’occlusion.

Retrouver ici nos produits à base de konjac

4. Posologie

Utilisation réservée à l’adulte

2 gélules matin, midi et soir à prendre un quart d’heure avant le repas avec un grand verre d’eau.

Retrouver ici nos produits à base de konjac

Dr Clément Bacle

Pharmacien passionné par la e-santé. Je suis convaincu que la santé doit désormais compter sur internet pour mieux servir les patients.

Références

Long Chun—Lin, « ETHNOBOTANY OF AMORPHOPILILLUS OF CHINA »Acta Botanica Yunnanica(consulté le 3 novembre 2013)

Plante médicinale : Le ginseng

Le ginseng (panax ginseng) est une plante vivace ancestrale originaire d’Asie du Nord-Est et utilisée en Chine environ 5000 avant notre ère. Le terme ginseng vient du mandarin Jen Sen « homme » à cause de la forme plus ou moins humaine de la racine.

1. Indications

On utilise en usage traditionnel les racines contenant du ginsénoside pour ses vertus adaptogènes c’est-à-dire « qui aide l’organisme à se défendre contre les attaques extérieures telles que le stress, le froid ou le surmenage » ainsi il est recommandé en cas de fatigue passagère, en cas de trouble de la concentration ou en cas de stress.

2. Localisation

Elle pousse à l’état sauvage dans les zones sombres et humides des épaisses forêts d’Asie aux sols acides.

3. Mode d’administration

On conseille de consommer la poudre de racine sous forme de gélules, il existe de nombreuses spécialités à base de ginseng.

Retrouver ici nos produits à base de ginseng

4. Posologie

Produit réservé à l’adulte : 

2 gélules le matin et 2 le midi, à prendre au moment des repas avec un grand verre d’eau.

La posologie peut être portée à 5 gélules par jour sur le conseil de votre pharmacien.

5. Contre-indications

  • Pas avant 18 ans
  • Ne pas prendre en cas de grossesse ou d’allaitement
  • Si vous êtes diabétique, un avis médical sera nécessaire avant son utilisation.

Retrouver ici nos produits à base de ginseng

Dr Clément Bacle

Pharmacien passionné par la e-santé. Je suis convaincu que la santé doit désormais compter sur internet pour mieux servir les patients.

Références

Community herbal monograph on Panax ginseng C.A.Meyer, radix EMA/HMPC/321233/2012

L’insomnie pourrait augmenter le risque d’Alzheimer

Après avoir contrôlé l’âge, les antécédents familiaux  d’Alzheimer, les facteurs de risques génétiques notamment avec la présence de l’allèle 4 du gène APOE (APOE4) codant pour l’apolipoprotéine E, les chercheurs ont finalement découvert un lien entre le sommeil de mauvaise qualité, le manque de sommeil, les problèmes de sommeil en général et le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Rappelons que les deux facteurs principaux de la maladie d’Alzheimer sont l’âge et le déterminisme multifactoriel notamment lié à la présence de mutation génétique.

Les explications de ce lien sont encore troubles. Quelques pistes, trouvées chez le modèle animal, pourraient pourtant nous éclairer. Durant le sommeil, le cerveau augmente son élimination de toxine telle que les beta amyloïde. Cette protéine toxique va former des plaques dans le cerveau, à l’origine de la maladie d’Alzheimer.

Cette étude a été menée sur 101 participants par l’Académie Américaine de Neurologie.

Dr. Clément Bacle

Pharmacien passionné par la e-santé. Je suis convaincu que la santé doit désormais compter sur internet pour mieux servir les patients.

Référence

http://www.neurology.org/content/early/2017/07/05/WNL.0000000000004171

Quelle est la drogue la plus dangereuse ?

C’est un fait, le marché de la drogue est encore aujourd’hui en expansion. Cette triste nouvelle, c’est l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) qui nous l’apporte en publiant son rapport annuel.

Le marché des drogues illicites se porte hélas incroyablement bien. D’un côté on a une apparition constante de nouvelles drogues de synthèses (les NSP ou « Nouvelles Substances Psychoactives ») ce qui inquiète beaucoup, du fait qu’elles sont souvent plus fortes, mal maîtrisées et donc plus dangereuses. Heureusement, ce marché reste relativement petit si on le compare au marché des drogues plus « traditionnelles ».

En effet, toute la famille des drogues dites « opiacées » se porte très bien. L’augmentation des récoltes de pavots à opium entre 2015 et 2016 a permis une plus grande création de tout ce qui en dérive, comme par exemple l’opium ou l’héroïne. Et la culture de coca n’est pas non plus en reste, ce qui a eu comme effet d’augmenter la production mais aussi la consommation de cocaïne.

Et donc, si on compare toutes les drogues existantes, quelle est la plus dangereuse ?

Si on considère que la mort par overdose est la définition la plus forte de la dangerosité pour quelqu’un, alors la réponse est simple. Il y a eu en 2015 dans l’Union Européenne 7585 personnes qui sont mortes d’une overdose. Et dans 80% des cas la coupable est la même : l’héroïne.

En revanche, si on veut être tout à fait exact, la réponse apportée est bien moins tranchée. Et oui, lorsqu’on évalue une drogue il faut prendre en compte la dangerosité pour le consommateur, mais aussi pour son environnement. L’héroïne peut induire des comportements à risques, voire violents, et donc des coûts pour la société (réparations et dédommagements, prévention et répression). Il faut prendre en compte également les coûts indirects : les personnes qui se droguent régulièrement sont généralement moins efficaces, moins productives, comme leurs facultés mentales ou physiques peuvent être endommagées. Il y a une dernière chose à ne pas sous-estimer : les souffrances psychologiques et le mal-être, généralement déclenchés dans la famille et l’entourage proche de la personne qui se drogue.

Pour autant, si on tient compte du tableau dans son ensemble, la drogue la plus dangereuse n’est pas l’héroïne. C’est un autre produit extrêmement répandu, et tout à fait légal qui plus est. C’est l’alcool.

Alerte canicule

Depuis mardi 20 juin, la canicule s’est franchement installée et plus des deux tiers des départements sont placés maintenant en niveau orange pour la canicule, selon le site de vigilance de Météo France.

Un plan canicule a donc été mis en place.

Une des actions de ce plan est l’ouverture d’une plateforme téléphonique spéciale que vous pouvez joindre au 0 800 066 666.

Ouverte de 9h à 19h, cette plateforme permet de répondre aux interrogations que vous pourriez avoir, et de conseiller sur les démarches à suivre pour vous protéger de la chaleur et protéger les personnes autour de vous. Plusieurs catégories de personnes sont susceptibles de mal supporter les épisodes de forte chaleur. Il s’agit principalement des personnes âgées, des personnes à mobilité réduite ou hospitalisées à domicile, des personnes dépendantes, des femmes enceintes, et des enfants. Il convient de veiller sur ces personnes et les aider si besoin durant les fortes chaleurs.

N’oubliez pas les conseils de base du Ministère de la Solidarité et de la Santé pour vivre au mieux la canicule.

La télévision dans la chambre de vos enfants, une idée nocive pour leur santé !

 

Une étude anglaise menée sur plus de 19 000 enfants a montré que les enfants ayant une télévision dans leur chambre risquent davantage d’être obèses que les enfants qui n’en ont pas.

En effet, cette étude de l’University College de Londres a suivi durant une année la vie d’enfant né Outre-Manche. Les chercheurs ont observé que les filles ayant une télévision dans leur chambre avaient 30% de risques supplémentaires d’être en surpoids et 20% pour les garçons.

Une autre étude publiée en 2005 a mis en évidence l’impact négatif de la télévision sur l’éducation des enfants. Notamment une corrélation entre le temps passé à regarder la télévision et les risques d’échecs scolaires (sortie du circuit sans qualification, abandon des études supérieures).

Pour rappel, chaque français passe environ 3h et 32 minutes devant la télévision chaque jour

En conclusion, on ne serait que conseiller d’éviter d’installer une télévision dans la chambre de vos enfants. Une tentation pouvant être forte pour votre tranquillité mais dangereuse pour leur santé et leur éducation. Favoriser les activités éducatives, telles que la lecture, les jeux créatifs, le sport et les devoirs.

Dr Clément Bacle

Référence

Longitudinal associations between television in the bedroom and body fatness in a UK cohort study
A Heilmann1, P Rouxel1,2, E Fitzsimons3, Y Kelly1 and R Watt1
1Department of Epidemiology and Public Health, University College London, London, UK
2Eastman Dental Institute, University College London, London, UK
3Institute of Education, University College London, London, UK
URL : http://www.nature.com/ijo/journal/vaop/naam/abs/ijo2017129a.html

Association of Television Viewing During Childhood With Poor Educational Achievement
Robert J. Hancox, MD; Barry J. Milne, MSc; Richie Poulton, PhD
URL : http://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/fullarticle/486063

 

50 ans de la légalisation de la contraception

Le sénat rend hommage en ce début d’année à Lucien Neuwirth, ce député à qui on doit la loi légalisant la contraception en 1967. Après un demi-siècle de vie mouvementée, voici où nous en sommes en termes de différentes contraceptions :

 

La pilule : à prendre tous les jours ou trois semaines par mois, c’est de loin la méthode la plus connue et la plus utilisée. Son action repose sur une ou plusieurs hormones qui agissent sur le cycle de la femme.

Les DIU (Dispositifs Intra Utérin),  ou anciennement stérilet : Placé dans l’utérus, il agit en altérant le milieu utérin (DIU hormonal), ou en inactivant les spermatozoïdes (DIU au cuivre).

Le patch : une fois collé sur la peau il protège en libérant des hormones comme celles de la pilule. Il est à porter 3 semaines puis à enlever pendant une semaine avant d’en remettre un autre.

L’implant : implanté dans le bras, il délivre en continue des hormones qui assurent la contraception. On peut le garder jusqu’à 3 ans.

L’anneau vaginal : petit dispositif à placer au fond du vagin, il diffuse des hormones qui assurent la contraception. Comme le patch il est à renouveler au bout de 3 semaines après une semaine sans.

Le contraceptif injectable : une hormone est injectée dans un muscle et se diffuse dans l’organisme assurant ainsi la contraception. L’injection est à renouveler tous les 3 mois.

Le préservatif : masculin ou féminin, il s’oppose au passage des spermatozoïdes. Le préservatif est à usage unique, et est la seule méthode qui protège contre les maladies sexuellement transmissibles.

Le diaphragme et la cape cervicale : ce sont des dispositifs en latex ou silicone qui se placent au fond du vagin contre l’entrée de l’utérus pour empêcher les spermatozoïdes de passer. Ils sont à mettre à chaque rapport et peuvent être réutilisés.

Les spermicides : ce sont des produits qui inactivent ou détruisent les spermatozoïdes. Ils sont souvent utilisés en complément d’autres méthodes.

La stérilisation contraceptive : il s’agit d’une méthode définitive, pour les hommes comme pour les femmes. Il s’agit d’une opération chirurgicale sans retour possible qui doit être murement réfléchie.

 

Comme on peut le voir, il existe aujourd’hui de nombreuses méthodes, il y en aura donc forcément une qui vous correspondra !

On voit quand même que la contraception est une affaire avant tout féminine. Seuls le préservatif et la chirurgie concernent les hommes. Ceci dit, il y a des études en cours sur un gel qui pourrait être injecté pour bloquer les spermatozoïdes, et qui pourrait ensuite être dissout pour restaurer la fertilité. Des essais cliniques ne devraient pas tarder à être mis en place.

Afin d’en savoir un peu plus sur chacun de ces méthodes, je vous invite à lire cet article.

Clément.