CancerSEEK : Les promesses d’une détection de 8 cancers grâce à une prise de sang

L’enjeu est immense et les résultats sont prometteurs : des chercheurs de l’école de médecine de John Hopkins à Baltimore (Maryland, Etats-Unis) ont élaboré une nouvelle technique de détection précoce de huit cancers parmi les plus courants. Cette biopsie liquide (nom de cette technique de diagnostic), a été évaluée sur 1005 personnes atteintes d’un de ces huit cancers (ovaire, fois, estomac, pancréas, œsophage, colorectal, poumon ou sein). Cette technique détecte l’ADN tumoral et les marqueurs sériques circulant.

Les cellules tumorales sont par définition des cellules de notre propre organisme et de ce fait ne sont pas reconnues par notre système immunitaire comme des agents pathogènes. Elles échappent ainsi à tout contrôle. Néanmoins, les cellules cancéreuses ont quelques spécificités. Certaines substances hormonales, enzymatiques ou éléments protéiques sont excrétés par ces cellules et constituent une preuve de leur présence par les taux de ces marqueurs sériques qui peuvent désormais être détectés. De même, les fragments d’ADN peuvent apparaître dans le sang circulant à un taux suffisant pour signer l’empreinte d’un cancer en développement.

Le choix de ces marqueurs sériques et des fragments d’ADN détectés est le résultat de milliers d’analyses sanguines sur des milliers de personnes atteintes d’un cancer.

La promesse d’un tel dépistage est une prise en charge plus précoce de la maladie : bien avant même les premiers signes cliniques qui mettent alors en évidence un cancer à un stade plus avancé. Plus l’avancement de la maladie est important, plus le traitement mis en place sera potentiellement lourd et les chances de guérisons parallèlement moindres.

Deux notions sont particulièrement importantes et encourageantes dans les résultats publiés dans la revue Sciences. D’une part la sensibilité du test qui rend compte du seuil à partir duquel le test détecte la présence de cellules cancéreuses. Elle s’avère être comprise entre 69 et 98% pour 5 types de cancer (ovaire, foie, estomac, œsophage) mais 33% pour le cancer du sein. Cependant plus le cancer est avancé, meilleure est la sensibilité de détection du test. Ainsi, dans le cancer du sein de stade I (primitif), elle est de 43%. Pour ce type de cancer, même si l’approche est prometteuse, cet outil n’est pas encore prêt de remplacer la mammographie.

D’autre part la spécificité du test est de 99%. Cette notion précise le nombre de faux positifs observés. Cela signifie que le test détermine avec une grande précision le tissu d’origine des cellules cancéreuses et oriente directement les praticiens sur la localisation du cancer en développement.

Pour conclure cette large étude menée, les auteurs estiment tout de même l’importance d’investigations sur de plus larges cohortes afin de connaître le réel bénéfice apporté par la biopsie liquide et son utilité clinique.

Mélatonine : l’eldorado du sommeil

La mélatonine est une hormone sécrétée naturellement par une glande de notre cerveau. Son rôle est de préparer l’organisme au sommeil. Elle est sécrétée lorsque la lumière décline et son pic est atteint vers 3 heures du matin. L’augmentation de concentration de mélatonine va déclencher un certain nombre d’effets sur l’organisme comme la diminution de la température corporelle et de la concentration en cortisol et une diminution de la pression sanguine.

Il y a quelques années encore, son utilisation était plutôt confidentielle et mieux connue des personnels naviguant soumis aux décalages horaires à répétition. Depuis cinq ans, son utilisation s’est largement démocratisée et a doublé ces trois dernières années.

La recherche de méthodes plus naturelles pour favoriser le sommeil n’est pas étrangère à ce phénomène et va aller en s’accroissant davantage puisqu’un somnifère bien connu (zolpidem pour ne pas le citer) est désormais soumis à une prescription plus stricte. Car contrairement aux benzodiazépines (classe médicamenteuse particulièrement prescrite pour ses effets sédatifs), la mélatonine ne provoque ni insomnie rebond  ni syndrome de sevrage ou dépendance à son arrêt. De plus, sa demi-vie est relativement courte est comparables aux benzodiazépines et apparentés.

La prise de mélatonine va ainsi directement mimer la sécrétion naturelle faite de cette hormone par l’organisme. Il est conseillé de la rendre 1 à 2 heures avant le coucher. Son action vise à diminuer le temps d’endormissement et ses vertus s’étendent à diminuer le nombre de réveils nocturnes. La mélatonine est disponible en pharmacie et sans ordonnance pour des dosages n’excédant pas 2 mg. Une formule à 2 mg et à libération prolongée est disponible sur prescription médicale.

De nouvelles et récentes recommandations tendent à recommander l’utilisation de mélatonine en première intention en cas de difficultés d’endormissement qui mènent vers une fatigue intense en particulier chez les personnes âgées de plus de 55 ans. Il est tout de même à noter que la prise de mélatonine peut exposer à des interactions médicamenteuses: notamment avec certains antidépresseurs et anticoagulants oraux.

Avant toute prise de mélatonine, il est toutefois recommandé de mettre en place une rééducation au sommeil. Ainsi, ne pas s’exposer aux écrans dans les deux heures qui précèdent le coucher, mettre en place un rituel le soir, aller se coucher dès que les signes de fatigue apparaissent, dans l’obscurité et le calme, font partie des premières recommandations à observer pour partir tranquillement dans les bras de Morphée.

L’ibuprofène: perturbateur endocrinien ?

Différentes études mettent à jour une diminution de la fertilité des hommes. Lors de précédentes recherches faites par le Professeur Bernard JEGOU et son équipe de l’Institut de recherche en santé environnement de Rennes, un lien avait été établi entre l’exposition pendant la grossesse de paracétamol et aspirine de fœtus mâles et l’apparition majorée de cas de malformations génitales (cryptorchidies).

Dans l’étude parue ce 8 janvier 2018 dans le prestigieux journal scientifique Proceedings of the national academy of sicences (PNAS), le Pr JEGOU et Christèle Desdoits cosignent une étude portant sur les effets d’une exposition à l’ibuprofène chez des hommes adultes.

Cet anti-inflammatoire est disponible sans ordonnance dans toutes les pharmacies en France et largement consommé par des millions de personnes. Il est utilisé pour soulager les douleurs en général notamment les douleurs articulaires et musculaires en particulier chez les sportifs qui le consomment régulièrement en préparation ou lors de récupérations physiques.

Les résultats de l’étude sont stupéfiants : les hommes adultes soumis à une exposition massive d’ibuprofène (1200mg par jour pendant 14 puis 44 jours), développent un hypogonadisme compensé. Il s’agit d’une perturbation de la régulation de sécrétion hormonale. Physiologiquement, l’hormone lutéinisante (LH) produite par la glande pituitaire (au niveau de l’hypophyse dans le cerveau), induit la production et sécrétion de la testostérone par les cellules de Leydig logées dans les testicules. D’ailleurs le ratio testostérone/LH est un marqueur de bon fonctionnement de ces cellules. Si les cellules de Leydig ne remplissent plus leur rôle dans la production et la sécrétion de la testostérone, les taux de LH augmentent, pour compenser ce manque (menant vers l’hypogonadisme compensé). Ce ratio était diminué de 18% après 14 jours d’exposition et de 23% après 44 jours.

Des résultats allant dans le même sens d’une dégradation de la capacité de production hormonale ont été relevés sur les cellules de Sertoli, cellules produisant les spermatozoïdes dans les testicules mais dans une moindre mesure.

En poursuivant ses investigations, l’équipe de recherche a pu mettre en évidence une diminution de l’expression de gènes impliqués dans la production des précurseurs de la testostérone. Moins de testostérone produite menant ainsi à une augmentation induite de la sécrétion de LH etc…

La conclusion de cette étude est sans appel, l’ibuprofène possède une action antiandrogénique le plaçant de facto dans les produits perturbateurs endocriniens. Toutefois, cette étude en appelle d’autres pour répondre à d’autres interrogations notamment sur l’effet de l’aspirine et d’autres composés sur les cellules de Leydig.

Enfin, il convient d’apprécier encore l’ibuprofène pour ce qu’il est et pour ce qu’il apporte dans des problématiques de douleurs rhumatismales par exemple. Mais il est aussi important maintenant bien prendre en compte les risques encourus sur la fertilité masculine lors d’une prise importante et chronique de cette molécule.

Sources :

Kristensen, David Møbjerg et al (2018) Ibuprofen alters human testicular physiology to produce a state of compensated hypogonadism PNAS 2018 : 1715035115v1-201715035.

Kristensen, David Møbjerg et al (2011) Intrauterine exposure to mild analgesics is a risk for development of male reproductive disorders in human and rat. Human Reproduction, Vol.26, No.1 pp. 235 –244, 2011

Aluminium dans les vaccins : A quoi sert-il ?

Le 1er janvier prochain, 11 vaccins deviennent obligatoires en France pour les enfants nés à partir de cette date. De quoi alimenter encore un peu plus les réseaux sociaux et la presse.

Au lendemain d’une décision judiciaire inédite, la confusion est totale. L’Etat a, en effet,  été condamné a versé 190 000€ à une secrétaire médicale tombée malade après une vaccination contre l’hépatite B en 1994.

Les polémiques resurgissent, les antivax (anti-vaccins) se frottent les mains. La présence de sels d’aluminium dans les vaccins refait à nouveau couler beaucoup d’encre.

Les sels d’aluminium incorporés dans les vaccins constituent un adjuvant destiné à permettre à la réponse immunitaire d’avoir lieu. Techniquement une dose infime d’hydroxyde d’aluminium suffit à induire la réaction immunitaire en générant une réaction inflammatoire. Jamais aucune étude n’a démontré quelconque effet délétère sur l’organisme depuis leur utilisation dans les vaccins à partir des années 1920.

L’aluminium est présent dans de nombreux vaccins: parmi les onze qui seront bientôt obligatoires pour les enfants, tous en contiennent, à l’exception du ROR (rougeole-oreillons-rubéole).

Rappelons que l’aluminium est présent de façon naturelle dans certains aliments comme les épinards, certains poissons, les cosmétiques et anti-transpirants.

Il est donc temps que doute et méfiance laissent définitivement place au constat bien plus dramatique de la résurgence de certaines maladies rares que seule une couverture vaccinale la plus large possible réussira à vaincre.

Donnez votre sang pour sauver des vies !

A l’approche des fêtes de fin d’année, les stocks de sang et plaquettes sont fragiles. Un appel aux dons est donc lancé par l’EFS (Etablissement Français du Sang).

Pour maintenir les réserves en produits sanguins à un niveau satisfaisant, les dons de sang doivent être réguliers et constants car la durée de vie des produits sanguins est limitée (5 jours pour les plaquettes, 42 jours pour les globules rouges). En fin d’année, la baisse de mobilisation se fait sentir sur les stocks alors que la demande est importante pendant cette période.

L’EFS rappelle en effet que 10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour pour répondre aux besoins des malades.

Les groupes sanguins particulièrement recherchés en cette période sont : O-, O+, A- et B-.

efs
(
Niveau des réserves en produits sanguins, https://dondesang.efs.sante.fr/barometre)

Vous avez entre 18 et 70 ans ? Rendez-vous dans  un des 127 sites fixes ou 40 000 lieux de collectes mobiles pour donner votre sang ou plasma et contribuer à sauver des vies.

 

La loi Neuwirth fête ses 50 ans

Après des débats houleux et une profonde division de l’Assemblée Nationale, le texte de loi Neuwirth autorisant l’accès à la pilule contraceptive sur prescription médicale est voté à main levée le 19 décembre 1967.

Il faut attendre 1974 pour qu’elle soit remboursée par la sécurité sociale mais soulignons le progrès immense que cela a constitué pour l’émancipation des femmes et leur droit à disposer de leur corps.

Cette loi intervient dans un contexte particulier où des centaines de milliers d’avortements ont lieu chaque année en France, où les femmes averties vont en Angleterre et en Suisse en cas de grossesse non désirées et où des millions de couples pratiquent la technique de retrait ou de l’abstinence en milieu de cycle pour maitriser un tant soit peu leur fécondité.

La loi Neuwirth abroge de fait la loi de 1920 qui interdisait la contraception. L’avortement reste, lui, interdit jusqu’à l’adoption de la loi Veil en 1975.

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

La pilule contraceptive est devenue un droit commun. Des millions de femmes la prennent quotidiennement mais depuis quelques temps et à cause de scandales récents, une certaine méfiance s’installe. Aujourd’hui, 36% des Françaises concernées par la contraception prennent la pilule, contre 45% en 2010.

Cette baisse peut s’expliquer de différentes manières : De nombreuses femmes considèrent la prise de la pilule comme quelque chose de contraignant (horaires fixes, prise quotidienne …). L’imprégnation hormonale inquiète et les moyens contraceptifs plus naturels ou moins contraignants font leur retour (patch, stérilets).

Les médecins prescrivent plus facilement une pilule à leurs patientes et celles-ci sont pour la plupart assez mal informées des autres méthodes auxquelles elles pourraient avoir accès. Le stérilet par exemple, longtemps proscrit injustement aux femmes nullipares (n’ayant jamais eu d’enfant) fait son retour. Le dispositif intra utérin hormonal ou au cuivre séduit de plus en plus par son aspect peu contraignant et plus naturel.

L’usage du préservatif, quant à lui, a doublé entre 2010 et 2016, principalement en remplacement de la pilule. Souvent plébiscité à l’entrée dans la vie sexuelle il demeure le seul rempart aux infections sexuellement transmissibles même si il reste moins efficace en termes de contraception que la pilule.

Il existe aujourd’hui près d’une dizaine de méthodes contraceptives pouvant s’adapter à chaque femme selon son mode de vie et sa situation médicale.
Avec ou non une méthode contraceptive, il est conseillé à toutes les femmes de consulter tous les ans un gynécologue.

Rappel de lots laits infantiles (PICOT)

Suite à la détection d’une contamination de laits infantiles par une salmonelle, le Groupe Lactalis organise, en application du principe de précaution, un nouveau rappel incluant la totalité des produits infantiles et nutritionnels fabriqués ou conditionnés dans son usine.

Si des parents détiennent des produits concernés par le rappel, un numéro vert est mis à disposition par Lactalis : 0800 120 120 (ouvert de 9h à 20h).

Pour pallier au manque de laits Picot, un listing de substitution a été dressé avec les alternatives proposées par des pédiatres.

Lait consommé

Laits de substitution proposés

PICOT 1er AGE N’importe quel autre lait standard 1er âge peut être utilisé. (Demandez conseil à votre médecin ou pharmacien)
PICOT 2ème AGE N’importe quel autre lait standard 2ème âge peut être utilisé. (Demandez conseil à votre médecin ou pharmacien)
PICOT NUTRITION QUOTIDIENNE CROISSANCE N’importe quel autre lait standard croissance peut être utilisé. (Demandez conseil à votre médecin ou pharmacien)
PICOT RELAIS 1 GALLIA CALISMA RELAIS 1

GUIGOZ EVOLIA RELAIS 1

NOVALAC RELIA 1

PHYSIOLAC RELAIS 1

PICOT RELAIS 2 GALLIA CALISMA 2

GUIGOZ EVOLIA RELAIS 2

NOVALAC RELIA 2

PHYSIOLAC RELAIS 2

PICOT BIO 1 GUIGOZ BIO 1

MODILAC BIO 1

OPTIMA 1

PHYSIOLAC BIO 1

PREMIBIO 1

PRIMEA 1

PICOT BIO 2 GUIGOZ BIO 2

MODILAC BIO 2

OPTIMA 2

PHYSIOLAC BIO 2

PREMIBIO 2

PRIMEA 2

PICOT BIO 3 BABYBIO CROISSANCE

CANDIA BIO 3

MODILAC BIO 3

PHYSIOLAC BIO CROISSANCE

PREMIBIO 3

PICOGEST 1, 2, 3 Laits pré-épaissis avec amidon + probiotiques

Substitution par un lait adapté à l’âge de l’enfant en attendant le conseil du médecin ou pharmacien qui pourra adapter en fonction des troubles digestifs de l’enfant.

PICOT AT 1 ET 2 MODILAC EXPERT TRANSIT 1 ET 2

NOVALAC TRANSIT 1 ET 2

PICOT BEBE GOURMAND 1 ET 2 NOVALAC S 1 ET 2
PICOT HA BEBE EXPERT GALLIA HA

GUIGOZ HA

MODILAC HA

NUTRIBEN HA

PHYSIOLAC HA

(Ces laits ne conviennent pas aux nourrissons allergiques aux protéines de lait de vache, ils ne peuvent pas remplacer le lait Pepti-Junior)

PICOT AC 1 ET 2 GALLIA ACTION COLIQUES

GUIGOZ EXPERT AC

NOVALAC 1 ET 2

PICOT AR 1 ET 2 BLEDILAIT AR 1 ET 2

France LAIT AR

GALLIA BEBE EXPERT AR 1 ET 2

NUTRIBEN AR 1 ET 2

PICOT SL BEBE EXPERT DIARGAL

GUIGOZ AD

NOVALAC DIARINOVA

NUTRIBEN SL

PHYSIOLAC EPISODES DIARRHEIQUEQ

PEPTI-JUNIOR ALTHERA

GALLIAGENE OU PEPTIGATE

PICOT RIZ 1 ET 2 BEBE MANDORLE RIZ 1 ET 2

MODILAC RIZ 1 ET 2

NOVALAC RIZ

PREMIRIZ 1 ET 2

Soluté de réhydratation orale PICOLITE ADIARIL

VIATOL

FANOLYTE

NOVALAC HYRANOVA

 

Pour toute question relative à la substitution de laits ainsi qu’aux interrogations liées à la santé, la Direction Générale de la Santé a ouvert le numéro vert 0800 636 636 accessible 7jours/7 de 9h à 20h.

Rappelons que si votre enfant a consommé un lait ou des céréales concernés par le retrait, il convient de ne plus lui donner du produit et de surveiller son état de santé. Une salmonellose se manifeste par un tableau clinique pouvant faire penser à une gastro-entérite : apparition de diarrhées (parfois sanglantes) avec des vomissements et fièvre.
De tels symptômes doivent conduire à une consultation chez un médecin.

Rester Vivant

Les risques sont partout, omniprésents dans le quotidien de tous.

Des risques, nous en prenons tous et tous les jours. Prendre sa voiture, traverser une rue, courir pour attraper un bus…

Certains sont toutefois des aléas dont on se passerait volontiers. Multiplier les risques d’avoir un accident mortel par 8,5 en cas d’alcoolémie excessive au volant fait partie de ceux-là…

Alors certes, les campagnes chocs de la sécurité routière interpellent mais certains chiffres laissent encore songeurs : seul 1 conducteur sur 3 cède le volant de sa voiture quand il a bu ; l’alcool est en cause dans 1/3 des accidents mortels.

Une pointe d’optimisme est tout de même à noter : 77% des gens ne laissent plus partir un ami qui a bu en 2014 contre 65% en 2011.

Alors même si un joyeux luron, de surcroît un ami, vous dit qu’après un bon café il va faire redescendre son alcoolémie et être en pleine possession de ses moyens pour reprendre la route, je vous livre quelques arguments de poids et scientifiques à lui opposer :

  • Le taux d’alcool atteint un maximum dans l’organisme ½ heure après son absorption quand on est à jeun, 1 heure lors d’un repas.
  • 95% de l’alcool consommé est éliminé par le foie à la vitesse de 0,1 à 0,15 g/L/heure.
  • Ni un café, ni quantité d’eau ne permettent d’éliminer plus vite l’alcool ingéré. Seul le temps le permet en fonction de l’âge, la morphologie, le sexe et la quantité ingérée.
  • Concrètement après un repas bien arrosé, il faut compter plus de 4 heures pour faire redescendre de manière conséquente le taux d’alcoolémie.
  • Quelle que soit la boisson alcoolisée, un verre standard représente la même quantité d’alcool :

– 25cl de bière à 5° = 12,5 cl de vin de 10 à 12° = 3cl d’alcool distillé à 40° (whisky, gin…) =10g d’alcool pur

– Chaque verre consommé fait monter le taux d’alcool dans le sang de 0,20g à 0,25g/L en moyenne. Ce taux peut être plus élevé en fonction de l’état de fatigue, stress, tabagisme, corpulence, âge…

Quid de ces comptes d’apothicaires : dormir sur place, prendre un taxi ou se faire raccompagner restent et demeurent les seules solutions pour limiter les risques à ce qu’ils sont.

Pour rappel le taux d’alcoolémie autorisé est de 0,5 g/litre de sang (0,2 g/L pour les permis probatoires). L’alcool est à consommer avec modération.

Il existe des solutions pour agir.

Rendez-vous chez un ophtalmologiste : «patientez s’il vous plaît !»

Pour prendre un rendez-vous chez un ophtalmologiste, il faut savoir se montrer patient.

Hors urgence, le délai moyen pour obtenir un rendez-vous (hors urgence) est de 87 jours avec des disparités notables selon les régions et les villes : Il faut patienter 141 jours à Toulouse contre 28 à Marseille. Les médecins qui pratiquent des dépassements d’honoraires (secteur 2) offrent des délais moins longs que leurs confrères du secteur 1.

Malgré un nombre décroissant de praticiens, les délais se stabilisent depuis quelques années : d’une part du fait de l’allongement de la durée de validité des ordonnances (1 an pour les moins de 16 ans, 5 ans pour les personnes âgées de 16 à 42 ans ; 3 ans ensuite) et d’autre part les ophtalmologistes délèguent maintenant une partie de leurs tâches à des orthoptistes et même à des infirmières formées pour les seconder. Déjà 40% des cabinets pratiquent le travail aidé.

Mais ces deux leviers semblent bien insuffisants si on prend en compte le nombre de départ à la retraite (250/ an) et si on sait que seul 1 ophtalmologiste sur 2 sera remplacé. Le Syndicat National des Ophtalmologistes de France (SNOF) ne cesse d’interpeller les autorités publiques avec l’accroissement des déserts médicaux et l’allongement des délais d’attente dans certaines régions pour cette spécialité déjà en tension. Malgré cela, le nombre de places à l’ECN (Examen Classant National qui attribue à chaque étudiant en médecine une spécialité en fonction de sa place au concours) a diminué les deux dernières années. Alors que le SNOF demande 200 places/an, seules 141 ont été attribuées cette année soit une diminution de -10 par rapport à 2016 et -18 depuis deux ans.

Les faits sont d’autant plus alarmants lorsque l’on sait que 14 à 16 années sont nécessaires à la formation des médecins et que 25% des praticiens n’acceptent plus de nouveaux patients…

Le Docteur Thierry Bour, Président du SNOF, désapprouvait déjà cette décision dans une tribune en juillet dernier en rappelant que les besoins oculaires vont augmenter de 50% dans les 15 prochaines années en France…

Il est néanmoins recommandé de consulter un ophtalmologiste tous les 3 ans au moins et d’observer un suivi régulier.

La grippe arrive

Tous les indicateurs passent au rouge. Les nombres de consultations médicales, d’appels de SOS Médecins ou de visites aux urgences sont en nette augmentation cette semaine. La métropole se prépare à l’épidémie de grippe.

L’Ile-de-France est placée en phase épidémique. Quant aux autres régions elles sont en couleur orange pour phase pré-épidémique.

carte grippe semaine 49/17grippe semaine 49/17

 

Que faire pour s’en prémunir ?

  1. La vaccination

Elle est la solution la plus fiable pour se protéger du virus et de ses complications. Néanmoins un délai de 15 jours est nécessaire pour être immunisé. Il est donc grand temps … !

Les personnes les plus sensibles et à risque ont reçu un bon de prise en charge pour le vaccin. Sont concernées: les personnes souffrant d’affections longue durée (asthme, BPCO : Broncho-pneumopathie Chronique Obstructive), les personnes âgées de plus de 65 ans, les femmes enceintes, les diabétiques …

  1. Les mesures barrières

Ces précautions valent pour l’ensemble des affections hivernales mais s’avèrent indispensable pendant la période épidémique.

  • Se laver les mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydro-alcoolique avant de manger, après chaque passage aux toilettes, contact avec les mains ou prise des transports en commun.
  • Porter un masque en cas d’atteinte d’un syndrome grippal
  • Limiter le contact tant que possible avec les personnes malades
  • Aérer le logement au moins 5 minutes par jour en absence des enfants dans la pièce

Sources: Santé publique France