9 changements dans votre mode de vie pour réduire les risques de démence

Qu’est-ce que la démence ?

La démence est un ensemble de symptômes, tels que la perte de mémoire, un ralentissement de la réflexion et des difficultés d’élocution. Elle est associée globalement à un déclin graduel des capacités cognitives.

La cause la plus commune de démence est la maladie d’Alzheimer, suivi par la démence vasculaire puis par la démence à corps de Lewy.

Vous noterez que les changements, qui vont suivre, comptent pour 35% du risque global de démence. Les 65% restants étant liés à l’âge et aux antécédents familiaux.

Ce rapport a été rédigé par la Commission Lancet sur la prévention, l’intervention et les soins de la démence (LCDPIC : Lancet Commission on Dementia Prevention, Intervention and Care)

Voici les 9 changements à mettre en place pour réduire les risques de démence :

1. Continuez d’apprendre

L’éducation joue un rôle primordial dans la prévention du risque de démence. Fixez-vous des objectifs sur le court et long terme. Apprendre une nouvelle langue, aller au musée une fois par mois, approfondir vos domaines de compétence, faire des mots croisés tous les jours…

Les personnes n’ayant pas suivi d’enseignement secondaire ont 7,5% de risque supplémentaire de développer des démences.

2. Soignez votre audition

La perte auditive entraine deux conséquences néfastes :

  • Elle entraine un stress pour le cerveau, déjà vulnérable.
  • Elle provoque un isolement social en réduisant les interactions avec les autres.

La LCDPIC estime que la perte auditive est responsable d’environ 9,1% du risque de démence.

3. Faites de l’exercice quotidiennement

Le manque d’exercice est responsable de 2,1% de risque de démence, par la diminution de l’activité cognitive nécessaire à l’engagement induit par une activité physique quotidienne.

4.5.6. Le diabète de type 2, l’hypertension et l’obésité

  • 2% de risque pour l’hypertension
  • 1,2% pour le diabète de type 2
  • 0,8% pour l’obésité

7. Arrêtez le tabac

Le tabagisme contribue à 5,5% du risque d’apparition de la démence.

8. Faites prendre en charge votre dépression

La dépression est responsable de 4% des risques de démence. Sans doute lié à la libération de certaines hormones de stress dans le cerveau lors d’épisodes de dépression.

9. Préservez votre vie sociale

L’isolation sociale augmente le risque de 2,3% de développer une démence. Pourquoi ? Car cette isolation augmente les risques d’hypertension, de maladie cardiaque et de dépression.

Référence

www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2817%2931363-6/fulltext

Dr. Clément Bacle

Pharmacien passionné par la e-santé. Je suis convaincu que la santé doit désormais compter sur internet pour mieux servir les patients.

Une prise de sang pour détecter la maladie d’Alzheimer

Les Américains viennent de mettre au point un nouveau test qui permettrait de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer avec une simple prise de sang, jusqu’à 3 ans avant que celle-ci ne se déclare. Aussi, ce nouveau test est la promesse d’une prise en charge améliorée de cette maladie neuro-dégénérative, notamment pour les personnes à risque.

90 % de fiabilité

Les études cliniques n’ont pas encore commencé mais les chercheurs espèrent pouvoir commencer les essais d’ici 2016. Cela fait plusieurs années que les recherches se tournent vers la détection de marqueurs biologiques spécifiques aux victimes d’Alzheimer qui permettraient de déceler la maladie lorsqu’elle est encore asymptomatique (ou « invisible »). Tous les espoirs sont permis depuis la détection de plusieurs lipides spécifiques qui seraient propres à la maladie et présents dans le sang des malades plusieurs mois voire années avant qu’ils ne présentent les symptômes d’Alzheimer. Le niveau de ces lipides est moins important chez les malades que les sujets sains, d’après une étude réalisée aux Etats-Unis, dirigée par le Dr Federoff de l’Université de Georgetown. Le taux de précision du test qui pourrait être développé grâce aux résultats obtenus avoisinerait les 90 %.

Un espoir pour les malades

La maladie d’Alzheimer touche plus de 850 000 personnes en France et plus de 35 millions dans le monde. Aucun traitement ne permet aujourd’hui de la guérir totalement. Seuls les symptômes peuvent être traités avec plus ou moins de succès.

Aussi, détecter la maladie d’Alzheimer avant que celle-ci ne se déclare cliniquement représente un espoir sans précedent pour les malades, leur entourage et les médecins. Cela permettrait de prendre en charge le patient rapidement et de reculer ainsi l’apparition des troubles cognitifs et les problèmes de mémoire notamment.