24 ans, l’âge d’or pour votre cerveau

Vous venez de souffler votre 24ème bougie ? Alors selon les chercheurs de l’Université Simon Fraser au Canada, vous faites désormais partie des vieux !

En effet, les recherches menées ont permis aux spécialistes de constater que les performances de notre cerveau commencent à faiblir passé l’âge de 24 ans. C’est entre 20 et 24 ans que notre matière grise est la plus active. Ensuite, c’est le déclin…

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs canadiens ont mesurer les capacités cognitives de 3300 joueurs, âgés de 16 à 44 ans, du célèbre jeu vidéo de stratégie Starcraft II. Selon les experts, ce jeu est très complexe. Il sollicite de nombreuses ressources pour de nombreuses actions : création d’une armée, enrichissement, lutte contre l’adversaire… Des actions que les joueurs doivent gérer individuellement, simultanément et le plus rapidement possible. Un merveilleux laboratoire pour les canadiens, qui voyaient là un moyen idéal de tester les performances cognitives des joueurs sous pression, en étudiant les vidéos de plusieurs parties de Starcraft II.

Passé 24 ans, le cerveau est moins réactif

Les analyses ont portées ainsi porté sur la concentration, la stratégie, la vitesse et l’habileté des participants. Résultat ? Les chercheurs ont repéré que chez les joueurs de plus de 24 ans, la vitesse de réaction du cerveau et la rapidité avec laquelle il transmet ses ordres au corps, est moins élevée. Le cerveau est moins réactif et les joueurs moins habiles que leurs adversaires plus jeunes.

En pratique, quelqu’un qui avoisine la quarantaine perd en moyenne 30 secondes sur une partie de 15 minutes car son cerveau est plus lent, comparé à un joueur de 24 ans. Dans un jeu intense où le cerveau exécute des centaines d’actions par minute, c’est beaucoup !

Et le niveau de culture générale de chacun ne changerait rien, il ne permettrait pas d’augmenter les performances malgré l’âge. Seule la sagesse acquise avec le temps vous permettra de finter et d’outrepasser les « jeunes » !

Néanmoins, certains professionnels tempèrent l’étude et rappellent qu’un cerveau entraîné (par de longues études par exemple) est un cerveau qui se développe mieux et qui, malgré le déclin, sera plus actif qu’un cerveau moins stimulé…