Pour une rentrée en pleine forme !

Ça y est, vos chères têtes blondes ont repris le chemin de l’école ! Mais avez-vous pensé à faire leur rentrée santé ? Pour faire en sorte que vous n’oubliez aucun contrôle, voici une liste des points à vérifier chaque année :

 

Bilan de santé
Il est important de faire une visite de contrôle chaque année chez le médecin afin de faire le point sur l’état de santé général de votre enfant. L’occasion, en plus, de vérifier que ses vaccins sont à jour. L’école reste un lieu propice où attraper une maladie, autant y aller bien protégé.

La rentrée, c’est aussi le moment pour votre enfant de choisir une activité extra-scolaire. Et pour l’y inscrire, vous aurez besoin d’un certificat médical délivré par votre médecin, pensez donc à le demander lors de votre visite.

 

Dentiste

Il est conseillé de rendre visite à votre dentiste une fois par an. Profitez de la rentrée pour prendre ce rendez-vous, et ne tardez pas trop, il devient de plus en plus difficile d’en programmer un. Pensez également à l’orthodontiste, les troubles de la mâchoire se corrigeant plus facilement chez l’enfant.

 

Ophtalmo

La vue est très importante dans les études… Et dès le CP les yeux sont mis à rude épreuve avec l’apprentissage de l’écriture et de la lecture. Une mauvaise vision peut entraîner de l’inattention, de fortes fatigues et parfois même, des maux de tête. Prévoyez donc un bilan de la vue chaque année afin de corriger au plus tôt les petits défauts de vue que pourrait avoir votre enfant.

 

Orthopédiste/podologue

Une mauvaise position des pieds peut entrainer des conséquences sur le corps de l’enfant. Si vous vous rendez compte d’une mauvaise posture, il est important que vous consultiez, les défauts de posture se réparant mieux chez l’enfant.

 

Les poux

Qui dit rentrée, dit hélas très souvent poux ! Une bonne hygiène des cheveux n’étant pas suffisante, utilisez dès les premiers jours de classe un répulsif, en prévention d’une éventuelle infestation. Dès les premiers signes, ne trainez pas et courez acheter un peigne spécial ainsi qu’un traitement complet, vous éviterez ainsi de vous retrouver face à des rayonnages vides.

 

Rythme de vie

Au revoir grasses matinées et veillées tard dans la nuit, bonjour réveils difficiles !

Même si les cours ont déjà commencé ne soyez pas trop brusques, et veillez à ce que votre enfant se réveille bien. L’éveil est une part importante dans la qualité du sommeil et permet de commencer la journée du bon pied.

Afin de faciliter le début de l’année scolaire, pensez l’année prochaine à mettre progressivement en place le « rythme école » avant même la reprise.

 

Alimentation

Fini les écarts, c’est l’heure de retrouver une bonne alimentation ! Le développement de votre enfant passe aussi par son assiette, donc voici quelques conseils :

  • Afin que le corps retrouve un rythme, faites en sorte que les repas soient donnés à heure fixe.
  • Le petit-déjeuner est in-dis-pen-sable, dans l’idéal il doit comporter un produit céréalier (carburant), un produit laitier (croissance), un fruit (bonne santé)et de l’eau (hydratation)
  • Le déjeuner ainsi que le dîner, quant à eux doivent se compenser, c’est-à-dire que si le déjeuner a été important le dîner sera léger, et inversement (privilégier tout de même les déjeuners riches). Ils doivent comporter une portion de légumes, de viande (ou poisson), de féculent ainsi qu’un produit laitier.
  • Le goûter, quant à lui, doit être un petit-déjeuner miniature, donc produit céréalier, produit laitier et fruit mais en quantité moindre. Si votre enfant n’a pas faim, ne le forcez surtout pas.

 

Petits plus

Coup de moins bien ? Un petit pépin de santé, ou encore une fatigue qui ne passe pas ? Sachez qu’il existe des compléments vitaminés, spécialement formulés pour les enfants, qui peuvent aider à récupérer. Et pensez aussi à préparer l’arrivée des maladies hivernales avec, notamment, la gelée royale !

 

J’espère que ces différents conseils sauront aider toute la famille à bien démarrer cette année.

La consultation médicale à 25 euros en mai 2017

Vous avez sans doute entendu parler de l’augmentation des prix de la consultation chez le généraliste. Ce passage de la consultation de 23 à 25 euros est la conséquence de la signature le dimanche 21 août d’un texte qui encadre et redéfini les tarifs qui sont pratiqués chez les généraliste par la FMF (Fédération des Médecins de France), et qui sera mis en œuvre le 1er mai 2017. Petit tour rapide de ce que ce texte contient.

 

Consultation de base à 25€

C’est la mesure qui fait le plus parler, la consultation de base du généraliste arrive au même prix que les consultations de spécialistes, la médecine généraliste étant maintenant reconnue comme une spécialité médicale à part entière. Cette mesure est une demande de longue date des généralistes dont la consultation n’avait pas augmenté depuis près de 7 ans.

 

Nouvelle échelle tarifaire

Les tarifs des autres types de consultation du généraliste ont été eux aussi réévalués et classés en différentes catégories 25, 30, 46 et 60€. La tranche 25€  ayant déjà été évoquée ci-dessus,  nous allons nous intéresser aux trois autres :

- 30€ : cette tranche regroupe généralement les consultations qui, sans être plus compliquées, sont généralement plus longues : typiquement les consultations des enfants de moins de 6 ans, ou alors qui rentrent dans le parcours de soins coordonnés (c’est-à-dire lorsque le généraliste doit adresser le patient à un spécialiste).

- 46€ : pour les consultations dites « complexes », notamment lors d’auscultations poussées, comme le dépistage d’un mélanome (atteinte grave de la peau), ou lorsqu’il s’agit de sensibiliser et informer le client sur un point de santé particulier, comme la mise en place d’une contraception, ou la prise en charge d’une obésité.

- 60€ : pour les consultations « très complexes » : généralement tout ce qui concerne les maladies très graves comme les cancers, le SIDA, ou les maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson), c’est-à-dire l’annonce du diagnostic, les consultations pour la mise en place et le suivi du traitement de ces maladies.

 

Qu’est-ce que cela change pour le patient ?

Potentiellement pas grand-chose, en effet les tarifs ci-dessus sont conventionnés et sont soumis aux mêmes règles de remboursement que les anciens. Ces tarifs sont remboursés à 70% par la sécurité sociale et à 30% par les mutuelles. Donc pour une très grande majorité des patients cela ne devrait pas peser sur leur budget, comme ces derniers seront toujours remboursés.

 

Une aide aux généralistes

Un autre volet de ce texte comprend des aides qui sont là pour faciliter le travail des généralistes et les rendre plus efficaces et disponibles. Ceci, dans l’optique de lutter contre le surmenage et le burnout (hélas, très fréquents dans cette profession), et contre le phénomène des déserts médicaux qui touche de plus en plus la France. On note donc, par exemple, des aides pour faciliter la mise en place d’un secrétariat, déchargeant ainsi le praticien des tâches administratives, ainsi, il pourrait mieux gérer son emploi du temps. De plus, afin de lutter contre les déserts médicaux, les médecins qui accepteraient de s’y installer et qui s’engagent à y rester au moins trois ans, recevraient une aide financière.