Une adolescente décède de la rougeole

Alors que le débat sur l’obligation de 8 nouveaux vaccins fait rage en France, une adolescente est décédée fin juin après avoir contractée la rougeole.

Cette adolescente de 16 ans, appartenant à la communauté des gens du voyage, n’avait pas été vaccinée contre le virus.

La ministre de la santé, Agnès Buzyn, rappelle que « le taux de couverture vaccinale concernant les vaccins non obligatoires est en train de se réduire. Il est inférieur au taux de couverture obligatoire demandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de 95% ».

35 décès en Europe ces douze derniers mois

C’est ce que rapporte l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), notamment en Roumanie et en Italie.

La rougeole

La rougeole est une infection virale provoquant des éruptions cutanées aiguës touchant essentiellement les enfants à partir de l’âge de 5-6 mois. Elle est apparue dès le XIème siècle suite à l’évolution du virus de la peste bovine. Il s’agit d’un morbilivirus de la même famille que le virus des oreillons.

  • La transmission s’effectue par la voie aérienne (gouttelettes de salive en suspension dans l’air).
  • Les symptômes : La rougeole se caractérise par l’apparition de plaques rouges au niveau de la peau, ainsi que de la fièvre.
  • Les complications possibles : Notamment l’encéphalite, pouvant entraîner la mort de l’enfant infecté.

Le ROR

C’est le vaccin de référence contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Il est la meilleure protection pour vos enfants contre ces maladies.

Pour rappel, celui doit être fait à l’âge de 12 mois, puis entre 16 et 18 mois.

Dr. Clément Bacle

Pharmacien passionné par la e-santé. Je suis convaincu que la santé doit désormais compter sur internet pour mieux servir les patients.

Un ancien vaccin contre la méningite pourrait aussi protéger contre la blennorragie

Embed from Getty Images

C’est une étude Néozélandaise qui a mis en évidence l’effet protecteur d’un ancien vaccin méningitique B contre la blennorragie.

Qu’est-ce que la blennorragie ?

La blennorragie, aussi appelée gonorrhée ou chaude-pisse, est une infection sexuellement transmissible (IST) induite par la bactérie Neisseria gonorrhoeae. La transmission est provoquée par le contact avec les fluides échangés durant l’acte sexuel non protégé (vaginal, oral ou encore anal).

Les principaux symptômes sont la présence d’écoulement épais jaunâtre du pénis ou du vagin, ainsi que des douleurs lors de la miction (action d’aller uriner). Cependant dans 10% des cas, l’infection est asymptomatique.

À long terme, cette pathologie peut entrainer la stérilité et des douleurs chroniques.

La principale prévention de la blennorragie est l’utilisation de préservatif.

Qu’est-ce que la méningite ?

Il s’agit d’une inflammation des méninges d’origine bactérienne ou virale. Les méninges sont les enveloppes du cerveau et de la moelle épinière contenant le liquide céphalo-rachidien.

La méningite virale est une affection relativement courante et en règle générale, bénigne. Elle représente la grande majorité des cas de méningite. Les enfants et les jeunes adultes sont les populations les plus touchées.

La méningite bactérienne, elle, au contraire est grave et nécessite une hospitalisation en urgence. Plusieurs types de bactéries peuvent être responsables de ce type de méningite.

Les symptômes de la méningite sont des maux de tête non soulagés par des antalgiques, des nausées et des vomissements, de la fièvre et des raideurs dans la nuque.

La contagion se fait par contact étroit et prolongé avec la personne contaminée.

Que dit cette étude ?

Les chercheurs ont découvert que les personnes ayant reçu ce vaccin étaient moins susceptibles d’être diagnostiqué positif à la blennorragie.

L’équipe de chercheur affirme qu’il s’agit du premier vaccin présentant un effet protecteur contre cette pathologie.

Une étude qui tombe à pic

En effet, cette étude a été publiée juste après l’alerte de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) concernant l’augmentation des souches résistante de Neisseria gonorrhoeae.

Le meilleur moyen de protection

La meilleure protection reste, pour la blennorragie et une grande majorité des IST, l’utilisation de préservatif pendant l’acte sexuel.

Dr. Clément Bacle

Pharmacien passionné par la e-santé. Je suis convaincu que la santé doit désormais compter sur internet pour mieux servir les patients.

Référence

https://www.theguardian.com/science/2017/jul/10/meningitis-vaccine-may-also-cut-risk-of-untreatable-gonorrhoea-study-says

http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2817%2931449-6/fulltext?elsca1=tlpr

 

Bexsero, le vaccin contre la méningite B

Il existait des vaccins contre les méningites bactériennes à méningocoques de types A, C, W135 et Y mais aucun contre la méningite B. Depuis le mois de décembre 2013, un nouveau vaccin est disponible en pharmacie : le Bexsero. Il permet de prévenir 85 % des formes de méningites de type B, soit la forme la plus répandue et la plus meurtrière chez les nourrissons.

Cependant, le Haut Conseil de la Santé Publique ne recommande pas l’utilisation du Bexsero pour tous et ce dernier n’entre donc pas dans le cadre des stratégies de vaccinations classiques. Il n’est pour le moment pas remboursé par la Sécurité Sociale et son prix est de l’ordre de 93 €.

Seules les populations à risque sont pour l’heure concernées par la vaccination contre la méningite B. Elle vise donc plus particulièrement les personnes fragiles immunodéprimées ainsi que les régions fortement touchées par les cas de méningite B (Picardie, Normandie, Seine et Marne…).

N’oubliez pas que la méningite est une maladie rare mais très dangereuse. Si vous présentez les symptômes suivants :

  • maux de tête
  • fièvre, vomissements
  • raideur de la nuque
  • douleurs articulaires
  • envie de fuir la lumière (photophobie)
  • éruption cutanée (apparition de taches rouges ou violacées) dans les cas de méningites à purpura

Consultez un médecin en urgence ou composez le 15.